Boostez votre anglais

Apprendre l’anglais : avec un prof, c’est mieux !

Apprendre l’anglais, ce n’est pas comme apprendre à faire du vélo ou à faire un nœud de cravate. S’il vous suffit simplement de regarder un tutoriel sur YouTube pour ces 2 dernières compétences, l’apprentissage d’une langue est bien plus complexe, et nécessite de mobiliser toutes les facultés que votre cerveau peut offrir. Entendre, comprendre, écrire, parler, raisonner, … Mettre en pratique ces capacités n’est pas une mission que vous devriez accomplir seul.e. Pour réussir à progresser, il vous faut un soutien, un partenaire, un guide. En bref, il vous faut un prof. Quelqu’un qui vous comprend et qui trouvera les mots qui vous iront droit au cœur… euh, votre cerveau !

Alors, qu’est-ce qu’un enseignant fait mieux qu’un livre ou qu’une vidéo Youtube ? La réponse dans cet article !

La tchatche

En effet, l’une des principales raisons pour lesquelles un enseignant n’est pas remplaçable est la notion d’interaction qui découle de l’apprentissage qu’il fournit.

La Cambridge University Press a effectué publié plusieurs recherches sur l’utilisation de l’interaction comme une méthode pour apprendre une langue. Selon eux, il existe un lien très fort entre l’apprentissage et l’interaction de l’interdépendance existante entre l’apprentissage et l’interaction. La recherche effectuée démontre que ce que les étudiants retiennent de leur cours en termes d’objectif de connaissances et de capacités de langage est étroitement lié aux genres de pratiques interactionnelles que les enseignants créent dans leur discussion avec les étudiants.

Cet outil pédagogique ne peut être mis en place que dans le cadre d’un cours avec un professeur d’anglais. Et qui de mieux pour connaître les enjeux liés à l’apprentissage d’une langue ? On ne parle en effet pas seulement d’un exercice conversation orale que vous feriez pour vous entraîner, mais bien de tous les échanges qui entrent en jeu durant votre cours. Il ne vous suffit pas de parler pour progresser, car vous devez également observer, écouter et analyser (les différentes intonations ou le mouvement des lèvres par exemple) pour maîtriser la langue dans son ensemble.

Tous ces échanges en anglais contribuent à la création de ce que les experts en éducation appellent le bain de langage. On en parle dans notre article sur l'apprentissage de l'anglais à l'âge adulte.

Le travail d’équipe

Le deuxième facteur important pouvant être apporté par la présence d’un enseignant est l’aspect coopératif de l’apprentissage d’une langue étrangère.

En 2016 conférencières Manoïlov et Oursel s’intéressent à son impact. Selon elles, pour apprendre à communiquer, il faut d’abord apprendre à interagir, et pour apprendre à interagir, il faut apprendre à coopérer. Pour étudier ce phénomène, elles répartissent des candidats en binômes et les invitent à collaborer pour résoudre une série de problèmes d’expression orale en anglais. Elles observent et commentent les stratégies coopératives mises en place par les candidats.

Elles sont parvenues à conclure que non seulement les personnes étudiées mettent en place des stratégies de coopération de plus en plus facilement au long de l’expérience mais qu’elles parviennent à acquérir des compétences orales et à progresser.

Imaginez donc les miracles que vous pourriez faire avec un professeur d’anglais. Si vous vous tournez vers des méthodes d’apprentissage plutôt individuelles (lecture, films et séries, tutos, etc.), vous passez à côté d’une superbe occasion de collaborer pour réussir à maîtriser la langue de Shakespeare !

Les mots doux

Enfin, et c’est sûrement le plus important, il faut que l’on parle du feedback correctif. Pour faire simple, il s’agit de tout ce que votre enseignant vous communique pour modifier votre pensée ou votre comportement dans le but d’améliorer votre apprentissage.

Ce concept est étudié depuis la fin des années 90 et c’est en 1997 que les chercheurs Lyster et Ranta identifient les différentes formes qu’il peut prendre :

  • La correction explicite : en indiquant clairement que l'énoncé de l'élève était incorrect, l'enseignant fournit la forme correcte.
  • La reformulation : sans indiquer directement que l'énoncé de l'élève était incorrect, l'enseignant reformule implicitement l'erreur de l'élève, ou fournit la correction.
  • La requête de clarification : en utilisant des phrases telles que " Excusez-moi ?” ou “Je ne comprends pas”, l'enseignant indique que le message n'a pas été compris ou que l'énoncé de l'élève contient une erreur et qu'une répétition ou une reformulation est nécessaire.
  • L’indice métalinguistique : sans fournir la forme correcte, l'enseignant pose des questions ou fournit des commentaires ou des informations liés à l’énoncé formulé par l’élève.
  • La sollicitation : **l'enseignant obtient directement de l'élève la forme correcte en posant des questions, en marquant une pause pour permettre à l'élève de compléter l'énoncé de l'enseignant ou en demandant aux élèves de reformuler l'énoncé. Les questions de sollicitation diffèrent des questions définies comme des indices métalinguistiques en ce qu'elles exigent plus qu'une réponse par oui ou par non.
  • La répétition : l'enseignant répète l'erreur de l'élève et ajuste l'intonation pour attirer l'attention de l'élève dessus.

Quelques années après ces recherches, c’est au tour du psychologue Stanislas Dehaene de s’intéresser à ce sujet, en évoquant la notion de retour d’information.

Selon lui, le cerveau est une sorte de machine à générer des prédictions et à intégrer les erreurs de prédictions : il lance une prédiction, reçoit en retour des informations, et une comparaison se fait entre les deux. La différence crée un signal d’erreur qui va se propager dans le cerveau et qui va permettre de corriger et d’améliorer la prédiction suivante.

Cette phrase beaucoup trop longue justifie tout l’intérêt du concept de retour d’information. Voici un petit exemple pour clarifier :

  • Imaginez que vous êtes dans un parc avec un ami et que vous vous apprêtez à lui lancer une balle. En estimant la distance entre vous et votre ami, vous essayez de déterminer la force avec laquelle vous devez lancer. Cette estimation, c’est la prédiction.
  • Vous lancez la balle de toutes vos forces et elle passe largement au dessus de votre ami, il ne parvient pas à l’attraper. Il entreprend de vous enguirlander. Voilà votre retour d’information.
  • Vient le deuxième essai. En vous rappelant de votre estimation initiale et en la comparant avec l’agacement de votre ami, vous comprenez que quelque chose ne va pas. C’est votre signal d’erreur.
  • Grâce à ce signal, vous savez maintenant comment lancer la balle pour que votre ami puisse l’attraper. Vous venez d’améliorer votre prédiction !

Vous comprenez maintenant l’importance du feedback correctif mentionné un peu plus haut. C’est une manière implacable d’effectuer le retour d’information dont vous avez besoin pour vous améliorer en anglais ! Ca tombe bien, les enseignants sont les plus qualifiés pour remplir ce rôle. Apprendre l’anglais avec les retours d’un prof est donc la meilleure manière de progresser !

Les 3 outils pédagogiques dont nous venons de parler sont indispensables pour apprendre l’anglais rapidement et de manière efficace. Contrairement aux autres méthodes d’apprentissage, les enseignants peuvent utiliser ces outils afin de vous aider à atteindre vos objectifs en anglais, en plus de s’adapter à vos besoins. Il ne vous reste plus qu’à trouver le bon !

Les 3 secrets essentiels pour maîtriser l'anglais en moins de 3 mois