Boostez votre anglais

Y-a-t’il un âge pour apprendre l’anglais ?

Pour la plupart des français, l’apprentissage de l’anglais a commencé à l’école. S’il s’agit d’une des compétences jugées nécessaires par l’éducation nationale, le choix de l’inclure dans le parcours scolaire dès le collège peut aussi être justifié par des études de sciences cognitives. La croyance voudrait en effet qu’il soit plus simple d’apprendre une langue lorsque l’on est jeune.

Mais à quel point ? Et cela implique-t-il qu’il existe un âge limite à partir duquel l’apprentissage de l’anglais n’est plus possible ? Est-il trop tard pour vous lancer ?

Rassurez-vous, nous pouvons déjà vous donner la réponse à cette dernière question : non. Voici pourquoi :

Ce que les enfants font de mieux

Le cerveau des enfants est différent



Le facteur le plus important qui avantage les enfants est la flexibilité de leur cerveau. Vous avez déjà sûrement entendu dire que les enfants sont comme des éponges, et qu’ils peuvent absorber les informations plus facilement. Ce phénomène porte un nom, c’est la neuroplasticité. Pour faire simple, il s’agit de la capacité des neurones à s’adapter aux changements.

Les chercheurs en neurosciences Villeneuve et Belleville ont étudié la neuroplasticité et ont démontré que cette capacité décline petit à petit au fur et à mesure que l’on vieillit. Comme si l’éponge devenait de plus en plus humide, et perdait sa capacité d’absorption au fil du temps. Cela signifie que plus on est jeune, plus il est facile d’apprendre et de retenir.

La neuroplasticité influence également la réaction aux nouveaux sons. Lorsque l’on grandit, on s’habitue à notre langue natale et notre cerveau effectue des raccourcis pour adapter les sons inconnus aux sons équivalents les plus proches dans la langue française. Les enfants ayant entendu le français pendant moins longtemps, ils sont moins sujets à cette influence.

En bref, on peut voir l’apprentissage comme la création de chemins dans la mémoire. En apprenant régulièrement des informations au long de votre vie, vous définissez des chemins que vous empruntez ensuite pour aller chercher ces mêmes informations là où elles sont stockées. Plus vous utilisez ces chemins, plus ils s’épaississent et plus vous êtes susceptibles de les emprunter. Chez les enfants, ces routes sont moins clairement définies, et ils peuvent donc plus facilement en créer de nouvelles.


Le pouvoir de la candeur

En terme de comportement, il existe une différence assez évidente à l’avantage des enfants lorsqu’il s’agit d’apprendre l’anglais : les enfants n’ont pas peur du ridicule !

Les adultes ont tendance à être beaucoup plus complexés et ils évitent souvent de parler sauf s'ils sont sûrs de ne pas se tromper. Pour les enfants, c’est un peu l’inverse. Ils veulent d’abord communiquer, sans forcément se soucier de ce qu’ils disent. C’est aussi vrai lorsqu’il s’agit de parler anglais. Cela vient avec la pratique et avec l'expérience : pour maîtriser une langue il faut commencer par chercher vos mots, hésiter, construire des phrases incorrectes et parler de façon imparfaite, ce que les enfants n’ont aucun mal à faire.

La curiosité est une autre qualité généralement plus présente chez les enfants. Ils sont attirés par ce qu’ils ne connaissent pas, ce qui leur permet de prendre plus de plaisir à découvrir de nouvelles choses.

Pas seulement les enfants, mais ce qui est autour d’eux

L’environnement dans lequel les enfants évoluent lorsqu’ils apprennent l’anglais a un impact sur leurs capacités d’apprentissage. L’un des facteurs qui constituent cet environnement est le temps libre. Cette liberté diminue souvent avec les horaires de travail de la vie adulte.

Les encouragements sont également un élément important dans l’apprentissage car ils jouent un rôle dans l’attention et la motivation. Dans la recherche, on utilise le terme de renforcement positif. Une étude du professeur John Malala démontre que lorsqu’un enfant est exposé au renforcement positif, ils ont souvent plus de chances de démontrer un comportement positif. Depuis une trentaine d’années, les recherches ont montré que ces changements de comportements améliorent l’efficacité de l’apprentissage. Malheureusement pour les adultes, cette notion est plus souvent utilisée à l’école qu’au bureau.

Pour apprendre l’anglais comme un enfant, il vous faudrait donc : être curieux et indulgent avec vous-même, mais aussi libérer tous vos mercredi après-midi et oublier tous vos cours de maths jusqu’en 6ème. Cela vous semble un peu compliqué ? Pas de panique, les adultes aussi ont plus d’un tour dans leur sac.

Les adultes apprennent aussi bien à leur manière

Ce que l’expérience nous a appris

Grâce à leur expérience de vie, les adultes peuvent faire des associations que la plupart des enfants ne peuvent pas faire, ce qui est particulièrement utile pour apprendre une langue étrangère. Si vous connaissez d’autres langues, cela peut être très utile, mais vous constaterez que les associations viennent souvent d’endroits inattendus, qu’il s’agisse de phrases de chansons, de slogans familiers ou même de choses qui ne sont pas liées au langage.

Lorsque vous atteignez l’âge adulte, vous en savez plus sur vous-même et sur les techniques d’apprentissage qui fonctionnent pour vous. Des études ont montré que les adultes réussissent souvent mieux aux tests de vocabulaire que les jeunes élèves.

Les adultes peuvent faire un meilleur usage de leurs erreurs. Certains n'aiment pas quand on les corrige, mais cela nous aide à progresser. Lorsque nous prenons nos erreurs en compte, nous nous améliorons plus rapidement qu'un enfant que l'on doit corriger des dizaines, voire des centaines de fois avant qu'il comprenne son erreur.

Donner du sens à l’anglais

Le sens d’une langue devient plus clair avec l’âge. La recherche a montré que les adultes apprennent les aspects du discours et les concepts du langage avec plus de succès que les enfants. Alors que les jeunes apprenants peuvent produire des phrases grammaticalement correctes avec un accent moins « étranger », les adultes peuvent mieux comprendre des concepts complexes et le langage inhérent à de telles idées.

La simple mémorisation de listes de vocabulaire ou de conjugaison ne permet pas de mobiliser ces connaissances pour les utiliser en discussion, c’est ce qui explique l’échec courant de la méthode d’apprentissage de l’anglais à l’école. Eh oui, il est absolument nécessaire de les mettre en pratique en parallèle, faire ses devoirs n’est pas suffisant pour apprendre l'anglais (si tant est qu’on les fasse …). C’est pour cela que pour réussir à apprendre l’anglais et à le pratiquer, rien de tel que l’immersion linguistique !

L’embarras du choix

Un des plus grands avantages qu’a un adulte pour apprendre l’anglais est sa liberté. Liberté de choisir quand, comment, où il veut apprendre l’anglais et avec quels supports. L’enfant est limité par l’adulte dans son apprentissage, il est cadré. Un adulte, quant à lui, choisit. Par exemple, il veut améliorer son anglais et parler presque comme un natif, il peut voyager dans un pays anglophone.

Un adulte peut aussi choisir ce qu’il veut privilégier dans son apprentissage : l’oral, la compréhension, la grammaire… Il apprend petit à petit, à son rythme. Encore une fois, on impose souvent à l’enfant ce que l’adulte veut qu’il apprenne, notamment dans le système scolaire. Même si c’est sous forme d’un jeu.


Comment apprendre l’anglais lorsque l’on est adulte ?

Apprenant et pédagogue

Le plus important pour apprendre l’anglais lorsque l’on est adulte est d’adapter la pédagogie à des besoins et objectifs concrets. Contrairement à la pédagogie utilisée à l’école, qui a pour objectif de faire progresser tout le monde jusqu’à un même niveau de connaissances, vous pouvez plutôt vous orienter vers les notions qui vous seront utiles.

Vos objectifs doivent être plus ancrés dans votre vie quotidienne, afin de donner plus de sens à votre apprentissage.


Tous à l’eau !

On parlait un peu plus haut de voyager pour apprendre l’anglais. En fait, il s’agit peut-être de la meilleure manière d’apprendre l’anglais comme le font les enfants. Lorsqu’ils sont très jeunes, les enfants sont entourés de personnes qui parlent français. Ils sont donc obligés de s’adapter à leur environnement en apprenant la langue de ceux qui leur parlent. Les experts appellent ça le bain de langage.

Faire le choix de voyager à l’étranger pour apprendre l’anglais revient à recréer ce contexte d’immersion qui ne vous laissera pas d’autre choix que de progresser. C’est dans la nature humaine.

Tout est une question de méthode

Les capacités d’apprentissage d’un adulte sont différentes de celles d’un enfant, ainsi la méthode employée ne sera pas la même. La méthode que vous choisissez doit être adaptée à votre manière d’apprendre. La spécialiste en éducation Carole Ann Tomlinson s’est penchée sur la question des profils lorsqu’il s’agit d’apprendre. Selon elle, le profil d’apprentissage est composé de 4 éléments :

  • Le genre
  • La culture
  • Le style d'apprentissage,  qui fait référence au contexte dans lequel on préfère apprendre et à la manière dont on interagit avec lui. Des exemples de styles d’apprentissage peuvent être : seul ou à plusieurs, avec des notions abstraites ou concrètes, en utilisant un support visuel ou audio, etc.
  • Les préférences intellectuelles, qui sont les manières de penser et d’aborder les différentes tâches nécessaires pour apprendre. Selon le psychologue Howard Gardner, il en existe 9 (spaciale, logique-mathématique, naturaliste, existentielle, etc.)

Qu’est-ce que tout cela signifie ? Et bien ça implique que si vous choisissez précisément la manière dont vous apprenez l’anglais en tant qu’adulte, vous avez autant voire plus de chances de réussir que lorsque vous étiez enfant.


Apprendre l’anglais : c’est donc possible à tous les âges

Et oui, il n’est pas obligatoire d’être un enfant pour apprendre l’anglais plus facilement. Grâce à toutes ces réponses, vous savez maintenant que vous avez toujours l’âge requis pour commencer à apprendre l’anglais. Il ne vous reste plus qu’à vous lancer. Pensez à tous ces polyglottes qui parlent 3, 4, 5 langues, voire davantage… Ont-ils appris tous ces dialectes durant l’enfance ? Non. Alors pourquoi pas vous ?

Les 3 secrets essentiels pour maîtriser l'anglais en moins de 3 mois